Mes deux amis Touaregs,me proposent de les accompagner à une centaine de kms d'Arlit pour assister à un grand Tendé.

Oui,mais c'est quoi un "Tendé" ?   https://youtu.be/z0fbSC3JYwQ

C'est une fête traditionnelle qui permet aux femmes de se regrouper, pour chanter,et pour les jeunes fille de trouver peut-être leur futur époux.Les hommes eux de s'affronter par une course de dromadaire et surtout de se parer de leurs plus beaux atours.

Donc,nous chargeons la 2CV ( vous avez bien lu) avec de l'eau,de la nourriture et de quoi se couvrir pour la nuit,car il fait parfois très froid.La progression du véhicule sur la piste du "reg" laisse à l'arriere un nuage de poussiere, les tanguages,les secousses et le paysage changeant des dunes et des rochers nous accompagnent ,et soudain devant nous une immense étendue d'herbes sèches.Kroussan,me dit vas tout droit,nous serons arrivé de l'autre coté de la plaine.Les herbes d'une grande hauteur,m'empèchent de voir ou nous roulons et j'ai peur de rencontrer un énorme caillou qui nous stopperait définitivement.Mais mon guide me rassure,car comme il dit,quand il n'y a pas d'herbe c'est tout plat.Nous voila arrivé .Quelques tentes sont regroupées,autour déquelles,les enfants jouent,certaines femmes pilent le Mil pour en faire la "boul"repas traditionel agrémenté de dattes sèches ou de viande de dromadaire et de tomates sechées.Les hommes eux sont regroupés en cercles et discutent de je ne sais quoi.

Nous préparons notre emplacement pour la nuit.Aprés un repas frugal, nous sommes invités à boire le thé traditionel.Un régal de senteurs et de goût inégalables.Par habitude ,nous leur offrons un sac de thé noir et un pain de sucre. Allez allons dormir.

Le lendemain nous sommes aux premières loges pour assister à cette grande fête.

Les femmes en groupes forment des cercles se mettent à chanter de leurs voix stidentes  accompagnées par les tendés et" les imzads."

Ci dessous ,vous lirez les explications des Zabayas.( Chanteuse traditionnelles du Niger)

Les femmes fabriquent cet instrument à partir d’une demi-calebasse séchée et évidée. Celle-ci est tendue d’une peau percée de deux ouïes en forme de rosace et munie d’un chevalet en bois en forme de V.

Le savoir musical de l’imzad est transmis oralement selon des méthodes traditionnelles qui favorisent l’observation et l’assimilation. Au Niger, il existe deux écoles, à Agadez et à Arlit, qui permettent aux jeunes filles de perpétuer cet héritage, à l’initiative de l’association Takrist N’Tada créée par une figure emblématique du blues touareg, Abdallah Oumbadougou.

Les rythmes sont troublants. Selon le moment, la circonstance, ils invitent à la transe. Autour du cercle de femmes, les hommes font danser leur monture dans une même euphorie collective.

Les jeunes se sont mis à danser devant les jeunes filles qui se cachent légerement avec leurs voiles,mais ne manquent pas une des gesticulations qui composent les danses.Peut être qu'aujourd'huil'une d'entre elles trouvera son "futur"

Les Targuis eux sont en ligne et attendent le départ de la course.Les voila partis dans une ronde infernale autour des Tendés pour une dizaines de tours scandés par les hululus des femmes.Et voila on se rassemble pour déguster des cabris cuit au feu de bois  à l'air ou dans le sable. Les têtes sont cuites dans des boites de toles enfouies dans le sable qui recouvrent les braises d'un feu.

Je dois avouer que j'adorais ces méthodes de cuissons que l'on ne trouvent nulle part ailleur. Maintenant il faut partir,car la route sera plus longue après ces agapes touarègues.

Les liens ci dessous sont des petits films sur le Tendé

https://youtu.be/z0fbSC3JYwQ

 https://youtu.be/FFrztcR4sAQ

https://youtu.be/ue898MaGTGg

 

Les photos ont été prisent sur le web.

images de jean luc Mannaud

Préparation de la course

danseur-touareg-2959100605-901165

chanteuses_touaregs440

r_20060328224207_Joueuses_de_tende

119282700_o

 

 

 

 

 

 

 

 

https://youtu.be/z0fbSC3JYwQ

 

https://youtu.be/FFrztcR4sAQ

https://youtu.be/ue898MaGTGg